Dossier du mois - Ce lycéen fait le buzz en pleine épreuve du bac

20/06/2017

    Qui n’a jamais eu l’angoisse de la page blanche ? Faustin, élève de terminale littéraire au lycée Douanier-Rousseau, à Laval (Mayenne) l’a vécu, vendredi 16 juin dernier, lorsqu’il a découvert les sujets de son épreuve d’histoire-géographie. Entre une dissertation sur « Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à nos jours » et « La Chine et le monde depuis 1949 », le jeune lycéen n’a pas hésité bien longtemps : ni l’un, ni l’autre ! « Je ne m’y attendais pas du tout. Je pensais que ça allait être une épreuve majeure en géographie et mineure en histoire. J’étais très surpris, mais pas dans le bon sens du terme », explique-t-il au « HuffingtonPost ». Un pronostic qui l’avait poussé à faire l’impasse sur ses cours d’histoire.

    « AUJOURD’HUI, DES GENS COMME VOUS ET MOI MEURENT EN TCHÉTCHÉNIE POUR AVOIR CHOISI D’ÊTRE QUI ILS SONT »

    Après avoir pesé le pour et le contre, le lycéen a finalement décidé de choisir l’option du hors-sujet. « Je craignais la copie blanche et je devais rester au moins une heure dans la salle, donc je me suis dit “autant mettre ce temps à profit” ». Puis, j’ai pensé au contexte du monde actuel, à la Tchétchénie, et j’ai décidé d’écrire dessus parce que c’était important pour moi », raconte-t-il au « HuffPost ». Faustin s’est donc penché pendant de longues heures sur la répression contre les homosexuels en Tchétchénie. Une fois sorti de son épreuve, il s’est empressé de poster le brouillon de sa tribune sur son compte Twitter : « Aujourd’hui, des homosexuels meurent en Tchétchénie. Aujourd’hui des gens comme vous et moi meurent en Tchétchénie pour avoir choisi d’être qui ils sont », peut-on lire sur une des pages de son brouillon.

    En quelques heures, Faustin fait le buzz. Sa publication est retweetée plus de trois mille fois et suscite de nombreuses réactions : « Je suis content parce que ça fait réagir les gens, en bien ou en mal mais au moins ils en parlent, et c’est important pour sensibiliser le plus de monde possible », ajoute-t-il. En tout cas, nous on lui donnerait une très bonne note !

    Source : ELLE