6 rituels de rentrée des classes

04/09/2017

Ce 4 septembre, plus de 12 millions d’élèves français ont retrouvé le chemin de l’école, avant de profiter des prochaines vacances dès le 21 octobre. Voici un petit tour du monde de la rentrée, pour relativiser les avantages et les inconvénients de chaque système.

    01 - Allemagne : des gadgets pour adoucir la rentrée

    Instruction obligatoire en primaire et 1er cycle du secondaire : 7 348 heures.

    Jours d’école par an en primaire : 188.

    Classe de primaire (public) : 21 élèves.

    En Allemagne, la rentrée scolaire a des allures de veille de Noël. L’écolier sait qu’il va recevoir un cône presque aussi grand que lui, mais ignore le contenu de ce fameux Schultüte. Celui-ci recèle traditionnellement de nouvelles fournitures scolaires, mais également des sucreries - comme les « Sallos », ces réglisses typiques en forme de craie - et des petits jouets. De quoi créer un suspense intolérable pour des bambins qui attendent, du coup, leur rentrée avec hâte. Obligatoire dès la « première classe », l’équivalent du CP, l’école se poursuit sur un rythme essentiellement matinal, même si les devoirs sont très importants. Contrairement à la France, le « homeschooling » n’est pas toléré. L’école est une obligation nationale et les parents ne peuvent y déroger. L’OCDE déplore que la sélection se fasse très tôt, autour de l’âge de 11 ans, vers les différentes filières du secondaire. Ce filtre précoce handicape en effet les élèves issus des milieux culturellement défavorisés.

    02 - Chine : hommage chanté au drapeau

    Instruction obligatoire en primaire et 1er cycle du secondaire : NC.

    Jours d’école par an en primaire : NC.

    Classe de primaire (public) : 37 élèves.

    Le jour de la rentrée, comme les autres, les élèves arrivent bien avant 7 heures, quand démarre le premier cours, pour assister au lever du drapeau et chanter en choeur l’hymne national. Ce rituel quotidien donne le ton de l’école à la chinoise : si toutes les matières sont mises au même niveau, les cours d’idéologie communiste sont de loin les plus importants. Les écoliers ont à coeur de recevoir le « foulard rouge », qui récompense ceux ayant prouvé leur loyauté au pays. Dans chaque école, un représentant communiste veille au respect de la morale. L’équivalent du bac, le Gaokao, est un véritable événement national. Le temps de ces deux jours d’examen, le pays se met au service des étudiants qui le passent. Les transports publics sont réorganisés en conséquence. Et les policiers sont tenus d’accompagner aux centres d’examen les élèves qui le demandent.

    03 - Russie : une fête de la connaissance

    Instruction obligatoire en primaire et 1er cycle du secondaire : 6 058 heures.

    Jours d’école par an en primaire : 170.

    Classe de primaire (public) : 21 élèves.

    Depuis un décret du Soviet Suprême de 1984, une « journée de la connaissance » est célébrée, chaque 1er septembre, à la rentrée scolaire. Ce moment très festif, apprécié des enfants et des parents, a survécu à la chute de l’URSS. Ce jour-là, on n’apprend rien, mais on se divertit avec concerts, performances de clowns, spectacles de danse et gym, et on honore les traditions. Les enfants portent un costume typique, les filles arborent des rubans dans leurs tresses. Chacun remet un bouquet de fleurs à l’instituteur. Juchée sur les épaules d’un cavalier arrivé en fin de lycée, une fillette qui, elle, fait sa rentrée en primaire agite une cloche pour marquer symboliquement le début de l’année scolaire. Celle-ci s’achèvera fin mai pour laisser place à trois mois de vacances. Particularité de ce système plutôt traditionnel, la plupart des élèves resteront dans la même école de 6 à 17 ans, souvent avec les mêmes camarades. Ces onze ans de scolarité obligatoires font la part belle à l’apprentissage de la lecture, aux maths et aux sciences.

    04 - Royaume-Uni : respect au directeur d’école

    Instruction obligatoire en primaire et 1er cycle du secondaire : temps non réglementé.

    Jours d’école par an en primaire : 190.

    Classe de primaire (public) : 26 élèves.

    Beaucoup de Britanniques reprendront l’école le 5 septembre, après six semaines de vacances. Par tradition, les élèves en uniforme - coutume respectée depuis le xvie siècle ! - se présentent devant le directeur et le saluent. La règle veut qu’ils lui tendent la main tout en enlevant leur casquette « dans un geste élégant ». Dans ce système peu réglementé et décentralisé, le principal est le personnage-clé. Choisi par le governing board - composé de représentants de l’autorité régionale, de professeurs et de parents -, c’est lui qui recrute les enseignants. Il a aussi beaucoup de latitude pour choisir les disciplines enseignées, au-delà des matières obligatoires. Exception au sein de l’OCDE : le temps d’instruction obligatoire n’est pas réglementé. Chaque établissement décide des horaires, de la durée des cours et, in fine, de la façon la plus efficace d’inculquer le programme !

    05 - Corée du Sud : le retour en grâce de l’uniforme

    Instruction obligatoire en primaire et 1er cycle du secondaire : 6 410 heures.

    Jours d’école par an en primaire : 190.

    Classe de primaire (public) : 24 élèves.

    Les Coréens profitent de deux périodes de grandes vacances : avant le début de l’année scolaire qui démarre en mars et à la fin du premier semestre, en juillet. Ces jours-ci, ils commencent donc leur second semestre et retrouvent à cette occasion l’uniforme. Banni après l’Indépendance en 1945 pour se distinguer de l’ex-occupant japonais, le costume officiel s’est imposé ces dernières années, notamment chez les filles. Il constituerait une armure efficace aussi bien contre le harcèlement sexuel que contre la chaleur ! Dans ce système très encadré et très exigeant, les élèves affrontent de longues journées. Si l’emploi du temps officiel s’étale de 8 h à 16 h, la plupart des enfants et ados retournent à l’école pour de coûteuses leçons privées, de 18 h à 21 h. En 2008, l’État, très investi sur le sujet, a dû imposer un couvre-feu à 22 h pour préserver le sommeil de la jeunesse...

    06 - Japon : un sac à dos d’inspiration militaire

    Instruction obligatoire en primaire et 1er cycle du secondaire : 7 260 heures.

    Jours d’école par an en primaire : 202.

    Classe de primaire (public) : 27 élèves.

    À leur entrée en primaire, en avril, les petits Japonais reçoivent un Randoseru, sac à dos traditionnel conçu pour durer au moins les six ans du premier cycle. Cet accessoire onéreux (200 euros au moins) s’inspire des anciens équipements des soldats, qui ont eux-mêmes une longue histoire : c’est à la fin de l’époque Edo, au milieu du xixe siècle, que le shogunat a imposé aux militaires ce paquetage copié sur le « ransel » hollandais. Aujourd’hui encore, les Japonais considèrent cet élément codifié de l’uniforme scolaire comme un symbole des qualités nécessaires pour réussir son éducation : unité, discipline, travail, concentration. Le système repose sur la pression et la compétition dès les premières années. Les horaires officiels, légers en apparence, ne tiennent pas compte des innombrables heures passées à réviser dans l’espoir de faire partie des meilleurs. Chaque diplôme est un concours, où la réussite des uns fait l’échec d’autres. Les vacances sont rares : pas plus de deux mois par an.

    Source : les echos